vendredi 11 novembre 2016

Il y a eu cette foire, et on s'est fait plaisir.

L'Auer Dult, sur la Mariahilfplatz, à dix minutes de chez nous, là où je vais chercher mon bouquet du samedi sur un joli petit marché de producteurs. Elle a lieu trois fois par an, autant dire que j'attends celle de mai avec impatience. Elle existe depuis 1310 et je l'aime trop.
 
Une partie marché avec entre autres des belles laines, tissus, fils et aiguilles.
Une merveilleuse brocante qui fait pétiller les yeux.
La fête foraine, avec ses vieux manèges.
Je ne compte plus les tours que Gaspard y a faits, n'importe quel jour et à toute heure, ni les délicieux plats que nous avons dégustés tous les trois.
 
Et puis, nous avons rencontré le photographe. Passionnés de photographie que nous sommes et voyant approcher cet anniversaire de coton, nous sommes allés, comme au XIXème siècle, dans son camion ambulant, se faire tirer le portrait.
 
 
 
 
 
 
 

dimanche 9 octobre 2016

Un week-end au pied du Neuchswanstein.

Deux mois que nous habitons à Munich.
Deux mois que je circule sur mon vélo rose.
Voyant se profiler un week-end de trois jours, j'ai sauté sur l'occasion.
Nous sommes partis au vert.
 

Nous avons dormi entre le Château Hohenschwangau et le Neuschwanstein.




Sur la route du retour une montagne de potirons, des butternuts, potimarrons, courges en tout genre et coloquintes en libre service. Une pure beauté.


Et l'Eglise de Weis, bien Rococo, construite à la moitié du 18ème siècle et classée au Patrimoine Mondial de l'UNESCO.


Premier week-end à la campagne et pas le dernier !

mercredi 14 septembre 2016

La maîtresse a demandé une trousse ronde.

Gaspard est entré en Moyenne Section au Lycée français Jean Renoir de Munich.
 
J'étais remplie d'émotions le jour de la rentrée. Une si grande école, neuf classes de maternelles, française, mais avec quinze nationalités différentes. Gaspard, lui, était tellement blasé de tout ce que je lui ai expliqué les jours précédents que cette rentrée a été plus facile que l'année dernière.
 
Et sa maîtresse, une perle, qui a plaisir à partager sa classe avec trois niveaux différents et qui me parle d'emblée de Maria Montessori. Sylvaine est douce, elle montre les choses, elle les fait répéter, puis elle demande à l'enfant de les nommer. Sa classe va faire le tour du monde et je m'en réjouis.
Gaspard sait déjà qu'il s'assoit sur une ellipse lors de leur regroupement, ce qu'est un cylindre, il a touché le globe rugueux et sait qu'il est posé sur un socle. Le mot chorale lui a beaucoup fait peur, mais depuis qu'il y a mis les pieds il chante avec plaisir. Sylvaine a créé un blog où elle explique ce qu'elle fait la matinée avec nos enfants, pourquoi elle le fait et y ajoute des images. Je peux désormais être une petite souris dans la classe. Elle travaille avec Ira, tout aussi adorable, qui ne parle qu'allemand aux enfants. Depuis, Gaspard raconte de faux trucs en allemand dans sa chambre quand il joue et ça me fait bien rire.
Si vous voulez lire un petit article sur notre maîtresse préférée, c'est par ici.
 
 
Bref, il nous fallait une trousse ronde, donc je l'ai faite !
 
 
J'ai brodé, découpé, cousu, du coton, de l'enduit, j'ai rajouté la fermeture à glissière, posé le passepoil. Puis je l'ai décousu, recousu, j'y ai passé un temps de dingue parce que je n'ai pas trouvé de bon tuto.
 
 
Elle est belle et bien faite, Gaspard en est fier comme tout et il sait la retrouver parmi les autres sans aucun problème.
 

 


 

dimanche 28 août 2016

Le petit cadeau qui fait du bien.

Dans ma boîte aux lettres samedi, j'ai reçu le plus joli des colis (j'avais déjà eu d'excellentes tablettes de chocolat pour le soir de notre arrivée), arrivant de Strasbourg, dans une toute belle enveloppe.
Merci Christelle !!!
 
 
 
Christelle, c'est ma prof d'allemand préférée. Christelle c'était ma collègue, revenue de son congé pour formation avec l'agrég en poche et arrivée première de sa promo.
Christelle m'a gentiment et patiemment offert de son temps et quelques cours d'allemand, pour me permettre d'être polie et souriante en toutes situations (même si je ne comprends pas ce qu'on me dit) et aussi pour bientôt pouvoir envoyer à nouveau mes petits colis vers la France.
 
Alors aujourd'hui Christelle, on a sillonné notre nouvelle ville, tous les trois sur nos bicyclettes pour te montrer à quel point ce cadeau me fait plaisir et me sera très utile.
 
 
 
 
 


 
 
 
 
Je te remercie infiniment Christelle, t'es un amour et je t'embrasse bien fort.

vendredi 26 août 2016

Toquée du crochet, marteau du tricot *.

Nous avons accueilli notre première invitée cette semaine dans notre nouveau chez nous à Munich.
Julie est venue avec Jackie, mais pas que. Elle avait aussi ses grosses aiguilles, du numéro 12 et son tricot. D'anciens draps de lit se sont magnifiquement transformés en tapis de salle de bain.
 
 
Comme les parcs de jeux entourent notre appartement, les loulous ont joué et moi j'ai ressorti mon crochet. Je ne pensais pas confectionner avant la rentrée de Gaspard (il nous reste encore beaucoup trop de choses à ranger), mais Julie a su me convaincre.
 
 
Julie, s'appelle aussi Madame Putschi ou Mademoiselle Récup', elle possède une petite boutique par ici où elle vend des tawashi alsaciens à partir de collants recyclés qu'elle tricote.
 

 
 
* Pour les mamans (ou les papas) crocheteuses et tricoteuses, il existe un chouette livre pour vos enfants
Hector l'homme extraordinairement fort de Magali Le Huche, chez Didier Jeunesse.

lundi 1 août 2016

Cabourg mon amour et la vie de château.

 
Nous ne connaissions pas Cabourg mais je savais que de jolies cabines de plage à rayures sous le Grand Hôtel jalonnaient le sable.
 
J'ai enfilé ma robe et nous y sommes allés.
 


 
 



 
Pendant deux nuits, pour terminer nos vacances, nous avons dormi au Château de Merville, dans une ambiance 19ème.
 
 
 
Même si Chéri lisait son bouquin sur Flaubert, c'était presque un petit peu trop pour nous.
 
 
Mais j'en connais un qui a bien apprécié.

dimanche 31 juillet 2016

Pirou et son village fantôme.

La construction d'un village de vacances d'une soixantaine de maisons juste derrière la dune, puis un promoteur immobilier qui fait faillite.
Depuis plus quinze ans des maisons en ruine, envahies de graffs et de tags.